• PP Danzin

Madame ça va !


Ell' m'attendait devant la grille De l'usine, je l'ai reconnue Elle n'était pas de ma famille Par le bras elle m'a retenu Alors je l'ai suivi docile Vers un bistrot dans l'avenue Et j'ai bu comme un imbécile A mon licenciement venu Depuis partout ell' m'accompagne Et je la traîn' comme un boulet Las de la ville, de la campagne Je suis devenu son valet Plus rien ne me donne de joie Ni de plaisir, ni d’intérêt Je n'ai plus faim qu'un jour sur trois Depuis que nous vivons terrés Bien-sûr, les nuits interminables A broyer le noir de ses yeux A me trouver vraiment minable A alterner triste et furieux Alors sur la table aux factures Les mégots de la calomnie Nous nous jetons à la figure Les braises de nos insomnies Va t'en avant que je ne veuille En finir avec nos reflets C'est que noirceur et cercueils Il faudrait maintenant souffler Elle est parti ce matin là Sous un pâle soleil de mai Je voyais sous la pergola Un enfant vendait du muguet Depuis quand je pousse la grille De l'agenc' qui trouv' pas d'emploi Je regarde bien dans la file Pour voir si ell' s'y trouve pas Comme un chien dans un jeu de quilles Sans doute un jour elle reviendra Il faudra être bien habile Pour lui dir' : Non Madame, ça va !


© 2016 par Cie Le Buste. avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now